Hans Steiner, 1907-1962.

Né le 15 mai 1907 à Berne, Hans Eugen Steiner suit dès la fin de sa scolarité un apprentissage d'employé de commerce auprès d'un notaire. Dès cette époque, il pratique assidument la photographie. En novembre 1927, il s'installe comme comptable d'un commerce de meubles à Davos, qui fait cependant rapidement faillite. Il est alors engagé dans un magasin de photographie qu'il fréquentait régulièrement. Cet emploi lui permet d'approfondir son expérience et sa technique en laboratoire. Peu de temps après, Emil Meerkämper, le propriétaire, lui confie la direction de sa filiale à Sils-Baselgia, en Engadine.

Trois ans plus tard, Hans Steiner retourne à Berne où il entre chez Destenay dont il gère le photomutz durant deux ans. En avril 1932, il commence à travailler en tant que reporter chez Carl Jost dont il devient l'associé. Cependant, les deux hommes se brouillent et Hans Steiner quitte l'entreprise. Par la suite, il multiplie les reportages pour la Schweizer Illustrierte Zeitung, pour Sie & Er ainsi que pour Die Berner Woche.

Le 1er octobre 1934, Hans Steiner épouse Änni Sessler avec qui il aura deux enfants, Jürg en 1937 et Suzanne en 1943. En 1935, il ouvre un atelier dans la capitale à la Spitalgasse puis déménage en 1938 à la Waisenhausplatz. Durant cette période, le photographe Steiner se distingue en couvrant les nombreuses et tragiques tentatives d'ascension de la face nord de l'Eiger. En 1938, une cordée austro-allemande vaincra la montagne, un exploit qui sera immédiatement politisé par le IIIe Reich.

En 1939, la photographie du général Guisan réalisée par Hans Steiner lui apporte une renommée nationale après avoir été sélectionnée comme portrait officiel puis affichée dans les bàtiments publics. Durant la Seconde Guerre mondiale, Hans Steiner est affecté comme lieutenant dans la protection aérienne ce qui diminue sa production photographique.

Peu après la fin de la guerre, Hans Steiner, ayant mis un terme à sa collaboration avec la Schweizer Illustrierte Zeitung, entreprend plusieurs voyages au cours desquels il immortalise divers sites de production industrielle dans le monde. Il rejoint ensuite Die Woche, magazine illustré fondé en 1951 par Walter Verlag à Olten. Ce dernier lui passe de nombreuses commandes dont des reportages sur la construction du barrage de la Grande Dixence ou encore la Fête des Vignerons de 1955.

En 1956, contre l'avis de la population, le gouvernement bernois envisage la construction d'un barrage au Geltental (Oberwil, BL). A cette occasion, Hans Steiner réalise un reportage pour Die Woche, basé sur des photographies prises lors de l'inspection dudit lieu. Ces quelques pages auront un écho retentissant auprès de la population helvétique, forçant le Conseil d'Etat bernois à faire marche arrière.

En 1957, la publication d'un texte par le Musée Gutenberg sur la ville de Plurs (Lombardie), ensevelie en 1918, amène Hans Steiner à s'intéresser à son destin. Il prend alors la tête des fouilles destinées à retrouver l'ancienne cité. Cependant, les travaux s'avèrent plus difficiles et coûteux que prévu. Finalement le projet n'arrivera jamais à terme et en 1962 le photographe s'effondre lors d'une conférence à Chiavenna. Il est conduit à Berne et admis à l'Hopital Tifenau où il décède le 3 mai 1962.