Chuuut! Secret d'Etat!

par Michel Beuret, journaliste RP

 

Associé à la raison d'Etat, le secret autorise toutes les illégalités: cambriolages, écoutes téléphoniques, assassinats, arbitraire en rafale... Ses origines remontent au XVIIème siècle, mais il continue de hanter nos Etats de droit, héritiers de la Guerre froide et de ses ombres.

 

Un homme entre dans un bureau ministériel. Un sexagénaire absorbé par sa séance de signatures lève les yeux. La voix lui explique laconiquement qu'il faut «agir» sans attendre. Le ministre baisse alors les paupières et se replonge dans son travail. On apprendra plus tard la «mort accidentelle» de celui qui en savait trop. L'enquête est vite classée, verrouillée du sceau : «Secret d'Etat».

«X-Files», révélateur de la paranoïa ambiante

Qui n'a pas en mémoire ces scènes de cinéma ou de roman policier? Si l'existence même du secret d'Etat n'est plus un secret pour personne, ce qu'il renferme et l'identité de ceux qui en usent et parfois en abusent restent dans l'ombre.

«Qui» décide de faire «quoi», et au nom de «quels intérêts»? Le succès de la célèbre série télévisée «X-Files», dont le film sort ce mois en cassette vidéo, repose précisément sur ces mystères : un Etat manipulateur, pieuvre bureaucratique, outrepasse épisode après épisode les limites du droit au nom d'un «intérêt supérieur» : empêcher à tout prix que le public ne connaisse l'existence d'extraterrestres. Plus sérieusement, l'engouement pour «X-Files» (traduisez : «Dossiers non classés») en tant que phénomène individuel et social trahit un sentiment bien réel hérité de la Guerre froide : une certaine paranoïa à l'égard de l'Etat.


«Mitterrand n'était pas un honnête homme»

Si l'Amérique et les pays communistes ont sans doute été &endash; et demeurent &endash; les plus gros producteurs de «secrets» dans l'histoire du XXe siècle, la France n'est pas en reste. Surtout pas celle du «sphinx» François Mitterrand. L'ancien premier ministre Michel Rocard, qui a entretenu une relation exécrable avec le président socialiste, en sait quelque chose. Lui qui a relancé la polémique en novembre dernier, en déclarant que Mitterrand «n'était pas un honnête homme». Il aura l'occasion de s'en expliquer ce 10 février à Lausanne, dans le cadre du Cours général public de l'Université où il s'exprimera à propos des «secrets d'Etat».

Les «grandes oreilles» de l'Elysée

Certaines informations révélées peu avant et juste après le décès du Président ont donné un avant-goût de ce que les chercheurs découvriront ces prochaines années.

Si l'existence de sa fille illégitime, Mazarine, n'était pas inconnue de l'intelligentsia parisienne, cette information fut malgré tout bien gardée. Tout comme étaient verrouillées certaines informations difficilement compatibles avec l'image que l'on se fait d'un président socialiste, que ce soit son passé politique et «une certaine idée de la France». Cultivant avec art la politique du secret et une conception florentine du pouvoir, ce dernier a aussi fait un usage tout personnel des écoutes téléphoniques. Les «grandes oreilles» de l'Elysée ont ainsi bafoué le droit le plus élémentaire (1).


Sans oublier son état de santé, maintenu secret durant deux septennats, et d'innombrables «affaires» dont la plus célèbre reste l'opération commando destinée à couler le navire écologiste Rainbow Warrior, qui s'intéressait de trop près aux essais nucléaires français dans le Pacifique...


L'Etat a sa «raison» que la morale ignore

Comment expliquer qu'un pays comme la France, patrie des Droits de l'Homme, ose les bafouer impunément, et sur ordre des plus hautes instances de l'Etat? Un peu d'histoire. C'est aux XVIe et XVIIe siècles que l'Etat «moderne» s'affirme par une concentration des pouvoirs et la mise en place d'un «appareil» lisible. Des penseurs tels que Jean Bodin, Machiavel, Richelieu ou Bossuet défendent alors la nécessité d'un Etat fort, capable de résister au cycle infernal de la décadence qui fut fatale à l'Empire romain.

Pour Machiavel, la seule finalité de l'Etat est donc de durer et dans ce but, «tous les moyens sont bons». Au siècle suivant, Richelieu va élaborer le fondement de la «raison d'Etat», qui place la survie et les intérêts de l'Etat lui-même au-delà de la morale. «Incarné» par le roi («L'Etat, c'est Moi»), l'Etat serait ainsi doté d'une «raison» permettant de justifier des actes illégaux. Les décisions se prennent dans l'intimité du Cabinet («le secret du Roi»). Le pouvoir se veut toujours plus parfait, le contrôle, plus absolu.

La France, un cas d'école

La prise de la Bastille (où l'Etat tenait ses ennemis «au secret») ne marque pas l'avènement de la transparence entre le citoyen et l'administration. L'Etat républicain conserve le goût du secret, explique Pierre Péan auteur de «Secret d'Etat» (2). Il se développe encore sous Bonaparte, «qui avait compris que le Prince ne saurait gouverner qu'à l'abri du secret (...). Fouché inventera pour lui la police moderne avec ses fiches (...) et ses espions.»

La défaite de 1870, la France la doit à une guerre totalement improvisée contre le Reich, faute de renseignements. Suite à la débâcle, l'on crée le «2e Bureau» chargé de l'information au sein de l'état-major, puis un service de contre-espionnage. L'on voit aussi la première bavure éclaboussant l'«opinion publique» : l'affaire Dreyfus.

En illustration: l'oeil qui figure sur le site Internet deMinistère de l'intérieur de l'Etat français

L'alibi du «secret-défense»

Guerre après guerre, les Etats gonflent leurs secrets, qui s'étendent bientôt à l'industrie, l'économie et la science. Lorsqu'un individu partage ses secrets avec un autre, on parle de relation intime, de confiance. La France de Vichy partage ses secrets avec l'Allemagne nazie. Le mot «collaboration» prend là tout son sens. Après-guerre, le général De Gaulle sut tirer les conséquences de cette vigoureuse fraternité de cinq ans. Se défiant de l'allié américain, il développe dans la plus grande discrétion la dissuasion nucléaire française et fait du secret un instrument politique majeur. Dans le contexte de la Guerre froide, des «sales guerres» de décolonisation (l'Indochine puis l'Algérie), mais aussi des menaces de désordre intérieur dans le sillage de Mai 68, un grand nombre d'actes inexplicables, inavouables ou illégaux en démocratie ont ainsi pu se produire grâce à l'alibi du «secret-défense» et du «secret d'Etat».

Un mal nécessaire?

«Le problème du secret d'Etat pose celui du fonctionnement même des institutions démocratiques et de la transparence, explique le professeur de relations internationales à l'Université de Lausanne Pierre de Senarclens. Il existe une contradiction apparente entre les idéaux démocratiques d'une part, et la nécessité pour l'Etat de mener à bien sa politique, d'autre part. Dans les domaines de la Défense ou des Affaires étrangères, la réussite d'une négociation dépend parfois du secret.»

Toutes les vérités ne seraient donc pas bonnes à dire. Le citoyen est-il incapable de comprendre certaines choses? Pierre de Senarclens, qui interviendra aussi lors du Cours général public, note du moins que «le secret d'Etat est de moins en moins bien accepté dans des sociétés qui aspirent à toujours plus de transparence depuis la fin de la Guerre froide».


Plus de transparence?

De puissants mouvements associatifs revendiquent aujourd'hui un droit de savoir dans les domaines aussi divers que le nucléaire, le génie génétique, la pollution, la provenance des produits de consommation et leur fabrication, les comptes de l'Etat, la santé des dirigeants, les soucoupes volantes, les assassinats ou encore les «affaires» judiciaires.

Des revendications dont les excès sont jugés dangereux par un certain nombre d'auteurs qui ont bien analysé ce phénomène (3). D'autres s'agrippent carrément à la barre du réalisme, comme l'éditorialiste du «Figaro» Alain-Gérard Slama (4) : «La sagesse populaire (...) n'ignore pas que les valeurs sont contradictoires entre elles; que le respect scrupuleux des règles imposées au simple citoyen ne s'accorde pas toujours avec le service de l'intérêt général.»

Ephémère Glasnost...

La fin de la Guerre froide et le passage difficile à la démocratie à l'Est ne signifient donc pas pour autant la mort du secret. «Comment assurer la sécurité militaire dans une société démocratique?» Tel était l'intitulé d'un article paru en janvier 1997 dans la «Revue de l'Otan». Son auteur, Youri Kirchine, membre de l'Académie des sciences militaires de Moscou, s'interrogeait sur les nouveaux bouleversements internationaux après la chute du Mur (trafic de matériaux nucléaires, etc...) et les moyens appropriés pour y répondre. Ceux-ci ne relèvent pas à proprement parler de la transparence... Dans le pays qui a donné naissance au NKVD (futur KGB), qui a fait du secret d'Etat une institution, la «Glasnost» (transparence) n'a duré qu'un temps. Dans les arcanes du pouvoir russe, on sait encore travestir la santé d'un président grabataire...

 

Le vrai secret n'est pas ce que l'on croit

Loin de se limiter aux histoires de James Bond, le «secret d'Etat» recouvre ainsi plus banalement tout ce qui peut nuire à la Nation. Y compris à son image. A cet égard, le «secret bancaire» qui a retardé si longtemps l'ouverture des fonds juifs en Suisse s'apparente à un secret d'Etat. Sans en être formellement un. Quant à l'autre grande affaire, dite des «fiches», la révélation de leur contenu laisse songeur sur la valeur attribuée au «secret». Le vrai secret n'était-il pas l'existence même des fiches?

Il arrive enfin qu'un secret, même très secret, finisse sur la place publique. Et il n'y a pas toujours une «gorge profonde» mal intentionnée derrière ce genre de fuites. On pense ici à la découverte sur un trottoir du XXe arrondissement de Paris, un matin de 1983, d'un rapport de 350 feuillets sur le missile M4 à têtes nucléaires...

Ces failles désarmantes de la bureaucratie rassurent, quand elles ne font pas peur. Car, au fond, le vrai secret n'est-il pas le plus volatile? des chuchotements entre deux individus, sans existence matérielle. On en retrouve parfois des bribes dans des mémoires de chefs d'Etat. Les autres, ils les emportent au royaume du silence. Du moins pendant une cinquantaine d'années, jusqu'à l'ouverture des archives.

 

Et les OVNIS?

(1) Edwy Plenel, Les mots volés, Paris, Stock, 1997.

(2) Paris, Fayard, 1986.

(3) Guy Hermet, Le peuple contre la démocratie, Paris Fayard, 1989;
Gilles Lipovetsky, Le crépuscule du devoir, Paris, Gallimard, 1992; Pascal Bruckner, La tentation de l'innocence, Paris, Grasset, 1995.

(4) Alain-Gérard Slama, La régression démocratique, Paris, Fayard, 1995.

 

Retour au sommet de l'article

Article précédent Article suivant

Retour au sommaire