Les mythes de «Starwars»,

comprendre tu peux...

par Michel Beuret, journaliste RP

Pour faire patienter les fans, qui ne découvriront le quatrième épisode de la saga que le 25 août prochain, «Allez savoir!» se plonge dans les mythes et mythologies qui ont inspiré George Lucas, le génial créateur de «Starwars».

Ce sont de grands garçons et de grandes filles, comme vous et moi. Et pourtant. On leur raconte des histoires de héros intergalactiques, on leur assène des images ingénues de méchants et de gentils, on leur envoie des vaisseaux spatiaux gros comme des planètes, on les bombarde de nains mal lunés et de géants en pelage hiver, une Gretel cosmique en guise de princesse et un bambin sidéré comme prince charmant... et ils aiment, ils adorent. Après les trois premiers films de «La Guerre des étoiles» (Starwars), ils sont des millions dans le monde – dont le modeste auteur de ces lignes – à attendre la sortie du nouvel épisode intitulé «The Phantom Menace» (le 25 août sur les écrans romands).

La force des mythes

Comment expliquer le constant attrait de cette science-fiction écrite et réalisée par George Lucas? Certes, en 1977 (date de la sortie du premier épisode de la saga sur les écrans), la maestria dans la représentation de mondes extraterrestres était sans précédent et a suscité un enthousiasme d'autant plus grand qu'il suivait de peu le premier pas sur la Lune. Certes, projeté en pleine Guerre froide, la victoire du Bien sur l'empire du Mal a pu réchauffer des ardeurs occidentales. Mais cela n'explique pas le succès récent réservé au come-back de la trilogie, même réactualisée à coups d'effets spéciaux numériques. Il y a fort à parier que cette constance tienne moins à la forme qu'au fond : le mythe.

Alexander Schwarz

George Lucas, d'ailleurs, ne cachait pas son ambition de renouer avec la tradition classique de l'épopée, en écrivant les 9 épisodes de «La Guerre des étoiles» (dont seuls les épisodes 4 à 6 ont été réalisés à ce jour). Mais cette odyssée hollywoodienne est en fait un incroyable enchevêtrement de références mythologiques, d'emprunts aux contes de fées et aux récits fantastiques de tous temps, occidentaux et orientaux. Pour s'y retrouver, trois enseignants de l'Université de Lausanne – d'horizons académiques différents, tous amateurs de science-fiction en général et de «Starwars» en particulier – ont bien voulu accepter de sortir des sentiers battus et de se prêter au jeu de l'analyse iconographique et narrative.

La saga image par image

L'appel aux clichés

Le temps présent

Un grand merci à Starwars.com


Retour au sommaire