Entre l'oeil et l'écran d'un ordinateur,
c'est souvent une histoire douloureuse


Pietro Boschetti, journaliste RP


En Suisse, deux millions de personnes travaillent devant un PC. Mal éclairé ou maladroitement disposé, l'écran se transforme vite en chemin de croix. Les spécialistes de l'ergonomie visuelle de l'Institut universitaire romand de santé au travail, à Lausanne, ont développé un indice de confort visuel pour optimiser les conditions lumineuses dans les lieux de travail.

Jean-Jacques Meyer a bien dû observer quelque 1500 opérateurs sur écran. Ce docteur ès sciences, responsable du Laboratoire d'ergonomie de la vision (LEV) de l'Institut universitaire romand de santé au travail, a ainsi pu stocker une masse d'informations.

<Je me souviens d'une entreprise où les gens se plaignaient de maux de nuque et de dos, raconte-t-il dans son laboratoire qui ressemble davantage à un studio de photographe. Je me suis vite aperçu que les écrans d'ordinateur étaient placés trop hauts. En outre, l'architecture du bâtiment avec ses grandes baies vitrées rendait malaisée une utilisation adaptée de la lumière naturelle et artificielle. Ces deux facteurs étaient largement responsables des douleurs dont se plaignaient les employés.>

En fait, Jean-Jacques Meyer traque depuis des années les diverses nuisances du travail à l'écran. C'est un ergonome de la vision. Son problème est de définir de manière optimale les conditions d'éclairement et la configuration d'un lieu où des gens s'activent devant des écrans.


Le confort en équation

Comment définir le "bon" confort?

La situation en Suisse Le scanning photométrique

Un centre romand d'ergonomie


Ordinateurs: un marché en pleine croissance


Retour au sommaire