Faut-il renoncer au tourisme du ski?

Se désengager, pour cause de neige capricieuse ou de franc fort, reviendrait à faire s'écrouler un pan entier, et important, de notre économie, répond en substance Francis Scherly, professeur de tourisme à l'Université de Lausanne. Reste que, pour se relancer, le tourisme suisse d'hiver a bien besoin d'idées.