No 371 1er- 31 août 1999

En août, je m'engage à ...
Un nouveau sur le campus
Sabe usted hablar le français?
Maths: congrès international
Etudiants lausannois: pas si jeunes!
Yogacarin et Madhyamika


En août, je m'engage à ...

par Patricia Reymond

Dans l'année universitaire, le mois d'août, c'est un peu le 1er janvier de l'année civile, le temps des bonnes résolutions. La rentrée, c'est peut-être le moment de:

Ne plus confondre recteur et doyen, Conseil de faculté et Sénat, PRN et SSP.
Lire plus attentivement les tracts de la FAE, voire m'investir, plutôt que prendre le pessimisme ambiant pour de la sagesse.
Ne pas laisser passer les échéances des bouquins empruntés à la BCU mais utiliser davantage la borne de prêt interactive.
Ne pas maudire les vacanciers quand l'ordinateur m'enchaîne à la bibliothèque.
Laisser la place dans le TSOL quand je vois une étudiante avec une canne.
Mettre mes annonces de conférences à temps dans le mémento d'Uniscope.
Porter des lunettes de protection pour suivre l'éclipse du 11 août et en apprendre plus en allant à la nuit des étoiles le 20 août à l'Observatoire de Lausanne.
Ne pas abandonner mon plateau dans l'herbe mais faciliter le travail des dames de la «cafète».
Découvrir Lausanne grâce aux visites guidées organisées par l'Association culturelle pour le voyage en Suisse (hôte internaute de l'UNIL au www.unil.ch/acvs).
Ne plus préparer d'examens pour septembre mais profiter du mois d'août!

Retour au sommet


Un nouveau sur le campus

Depuis quelque temps, les utilisateurs du site auront remarqué une nouvelle construction qui touche le BFSH1. De quoi s'agit-il? D'un Mc Donald's? D'un abri pour les moutons? D'une nouvelle crèche pour celles qui n'ont pas renoncé à la maternité? En fait, ce bâtiment abritera la Fondation Fleuret.

La Fondation Edouard Fleuret est bien connue des juristes et des historiens. Fondée en 1962 à la mémoire d'un juriste français attaché à Lausanne, la Fondation s'est donné pour mission de favoriser la recherche en sciences juridiques. «Nous soutenons les travaux originaux», explique son président, le professeur Jean-François Poudret.

A cette fin, elle attribue des bourses et des subsides de publication et met à disposition une riche bibliothèque. «Elle est bien pourvue en sources anciennes (XVI-XVIIe siècles) et en ouvrages de droit français.»

Malgré cela, ces collections ne sont guère connues des étudiants. Peut-être la bibliothèque souffre-t-elle de son éloignement du site puisqu'elle est installée au n° 5 de l'avenue de la Gare? C'est en tout cas la raison qui a poussé les membres de la Fondation à demander son installation à Dorigny. Après diverses recherches, l'Etat a proposé la mise à disposition d'un terrain à proximité du B1, une situation idéale qui a vite convaincu le Conseil de fondation.

Financée par la Fondation, la construction devrait être inaugurée en septembre 2000. Elle abritera une bibliothèque de 24 places et une salle de réunion. Le déménagement donnera l'occasion de resserrer les liens avec la BCU. «Ouverte à ses usagers, la bibliothèque utilisera VTLS et le même système de prêt.» D'ailleurs, le bâtiment offrira un accès direct à la bibliothèque du B1.

Les architectes Inès Lamunière et Patrice Devantéry ont prévu d'intégrer le bâtiment avec son environnement. Il sera sobre, d'inspiration japonaise, avec de grandes baies vitrées. «Nous n'avons pas voulu de climatisation, dit Jean-François Poudret, mais des stores qui permettent d'ouvrir les fenêtres. Confrontés à un terrain instable, les architectes ont imaginé une construction à un étage, sur pilotis, modulable pour permettre l'agrandissement des collections.» Car la Fondation a fait un pari sur l'avenir et espère bien que ce déménagement ramènera les lecteurs dans sa salle de travail.

Patricia Reymond


 

Sabe Usted hablar le français?

Chaque année depuis plus de cent ans, l'Université organise des Cours de vacances. Plus de cinquante nationalités s'y côtoient avec un même but: apprendre le français.

Voilà l'été. Les étudiants ont rendu leurs bouquins, refermé leurs classeurs, terminé leurs examens, résultat: le campus est désert. Enfin, presque, puisque le BFSH2 accueille chaque été 600 à 700 étudiants qui viennent parfaire, à Dorigny, leurs connaissances de la langue de Voltaire.

Pendant les trois mois que durent les Cours de vacances quatre séries de trois semaines de cours se succèdent. Cours d'orientation pratique, de tous les niveaux, cours basé sur la littérature française et romande, pour des étudiants de niveau avancé, ou cours intensifs pour débutants; à l'étudiant de choisir! Les participants peuvent rester 3 semaines ou cumuler plusieurs séries et étudier à Dorigny pendant 3 mois.

A la découverte de la Suisse

L'après-midi différentes activités facultatives (cours de grammaire, prononciation et vocabulaire; cours généraux; films, etc.) viennent compléter les cours du matin. Par ailleurs le centre multimédia et le centre sportif sont à disposition des étudiants. Pour ces étudiants de l'été, c'est également l'occasion de découvrir la région. A travers des excursions, mais aussi grâce à un cours général sur la Suisse. Pour Georgette Blanc, directrice du Cours de vacances, «les étudiants sont de plus en plus intéressés par des cours relatifs à l'histoire, l'économie et la politique du pays».

Préparation aux études

Le Cours de vacances est également un instrument de formation aux études académiques. En effet, il propose depuis 1996 un cours destiné aux étudiants désireux de poursuivre leurs études dans une haute école francophone. On y enseigne pendant six semaines les techniques de prise de notes, la rédaction académique ou la présentation de séminaires. De quoi bien commencer l'année universitaire!

Rens.:tél. 692 30 90; e-mail: CoursDeVacances@cvac.unil.ch; http://www.unil.ch/cvac

Sophie Vassaux

Objectif: français, pour Yves, Selene, Alexandra et les autres

Caféteria du BFSH2, 9h45. Rien d'inhabituel sauf qu'aux tables on y parle peut-être un peu moins le français. Rencontre avec quelques étudiants du Cours de vacances.

Pour Simone et Martin, de Berne et Yves de Bâle, les trois semaines passées à Lausanne sont l'occasion de se préparer à l'examen français de la Maturité qu'ils passeront l'année prochaine. Quant à Alexandra, étudiante dans une école de commerce à Berne, entre un stage de six semaines dans une entreprise ou un cours de langue, elle a vite fait son choix! Pourquoi Lausanne? Yves explique: «si j'étais sur la côte d'Azur, je crois que je n'irais même pas aux cours, je serais tout le temps au bord de la mer.» Quant à Martin, s'il a choisi Dorigny, c'est grâce à un ami lausannois qui l'accueille pendant son séjour.

Autre table, autre langue! Selene, Marilena et Darling sont toutes trois hispanophones. Selene, du Mexique, est informaticienne: «Je suis des cours à Lausanne car je compte m'inscrire à l'Ecole de français moderne, mais aussi parce que c'est près de Genève où habite mon ami. Pour l'instant nous communiquons en anglais, mais cela pourrait changer prochainement!» Darling, bolivienne, aide-comptable, habite la région lausannoise: «Mon mari est italien et, à la maison, nous parlons italien ou espagnol, je suis donc là pour apprendre à me débrouiller en français dans la vie courante. Je compte commencer des cours de commerce, où je pourrai continuer à me perfectionner dans cette langue». Marilena, quant à elle, vient de terminer une école de design au Brésil. Elle est à Lausannne pour trois mois, et pense par la suite chercher un stage de designer en Europe, «et pourquoi pas dans un pays francophone!».

Après avoir passé un mois à Paris, Patrick, de Düsseldorf en Allemagne, s'est inscrit au Cours de vacances pour trois mois: «Je compte commencer des études de gestion en HEC, en octobre. Pourquoi Lausanne? Pour le prestige, la gestion a une excellente réputation. Mais si les études ne me plaisent pas, j'irai ailleurs, en Angleterre peut-être. De toute façon, d'ici là, j'aurai appris le français!» (sv)

Retour au sommet


 

Mathématiques: un congrès international

Organisé par Dominique Arlettaz, professeur à l'Institut de mathématiques de l'UNIL et Kathryn Hess, collaboratrice scientifique à l'EPFL, un congrès international de mathématiques accueillera, du 25 août au 1er septembre, environ 80 participants. Ils débattront de topologie algébrique &endash; un des principaux domaines des mathématiques fondamentales &endash; et en particulier de la théorie de l'homotopie.

Ce congrès, qui aura lieu à Arolla dans le Valais, donnera l'occasion à des chercheurs de renommée mondiale d'exposer le résultat de leurs recherches, d'échanger des idées et d'initier des collaborations, mais il permettra aussi à de jeunes chercheurs, doctorants et postdoctorants de discuter de leurs travaux et de se créer des contacts. (sv)

Retour au sommet


 

Etudiants lausannois: pas si jeunes!

Devinettes du mois d'août: connaissez-vous l'âge moyen des étudiants de l'Université de Lausanne? Le nombre d'étudiants immatriculés? Les prévisions pour l'an 2000?

Sur le plan national, Lausanne est, au niveau des licences, l'une des universités qui a les études les plus courtes. Il faut en moyenne quatre ans et demi pour obtenir une licence en droit, en SSP, en HEC et en sciences, cinq ans et demi en pharmacie, six ans en lettres et six ans et demi en médecine.

Devinette: quel est l'âge moyen des prégradués? Réponse: 23,7 ans (semestre d'hiver 98-99). Quant à ceux qui suivent un programme postgrade ou de spécialisation, ils ont en moyenne 29,6 ans et les doctorants 32,7 ans.

Pour en rester dans les chiffres, sachez aussi que le nombre d'immatriculés à l'UNIL a plus que doublé depuis 1975, pour atteindre 9746 étudiants au semestre d'hiver 1998-99. L'effectif attendu pour le semestre d'hiver 2000-2001 est de 10200 étudiants. 1999-2000 sera donc peut-être donc une grande année, puisqu'à la rentrée l'Université de Lausanne passera vraisemblablement la barre des 10000 étudiants inscrits!

Sophie Vassaux

Retour au sommet


 

Yogacarin et Madhyamika

La section des langues orientales organise la 12e conférence de l'Association internationale des études bouddhiques. Des spécialistes du monde entier viendront présenter leurs recherches les plus récentes.

Les voies de Bouddha passeraient-elles par Dorigny? Dans tous les cas, ce sont quelque 300 chercheurs qui sont attendus à l'UNIL pour un colloque qui alterne des présentations générales (le bouddhisme en Corée ou au Japon) et des exposés sur des sujets pointus (la fonction des exemples dans la logique bouddhiste).

«Certains exposés évoquent les débuts du bouddhisme, explique le prof. Johannes Bronkhorst, d'autres traitent du bouddhisme contemporain et de ses développements.» A côté des conférences, les organisateurs proposent des tables rondes (panels) où les participants pourront s'exprimer.

Impossible de présenter toutes les contributions prévues qui témoignent, si besoin est, de la diversité du bouddhisme. Les historiens des religions pourront suivre avec intérêt les conférences sur les liens entre le bouddhisme, le daoïsme chinois et le brahmanisme indien.

Signalons encore l'intervention d'A. Saito qui présentera les différences entre l'école des madhyamika qui mettent l'accent sur la prajma (la sagesse) et celle des yogacarin qui ont une doctrine centrée sur le samadhi, la concentration dans la méditation.

Patricia Reymond

Quand la diversité est au programme...

* Abhidharma (B. Dessein)
* Antarabhava (R. Kritzer)
* Buddhism and Society in S/S.E. Asia (R. Gombrich)
* Buddhism and Brahmanism (M. Hara)
* Buddhism and Daoism (S.P. Bumbacher)
* Buddhism in the West (M. Baumann)
* Buddhist Hybrid Sanskrit (B. Oguibénine)
* Buddhist Logic (S. Katsura/E. Steinkellner)
* New Discoveries of Early Buddhist Manuscripts (R. Salomon/C. Cox)
* Buddhist Psychology (S. Batchelor)
* Buddhist Tantras (J. Newman/G.Orofino)
* The Cult of Vairocana (M. Kapstein)
* Early Mahayana Buddhism (P. Harrison/J. Silk) * Electronic Texts, Internet and Computer Resources in Buddhist Studies (Ch. Muller)
* Is There a Real Distinction between Svatantrika and Prasangika Madhyamika? (S. McClintock/G. Dreyfus)
* Japanese Buddhism since the 17th Century (M. Mohr)
* Korean Buddhism (R. Buswell)
* Madhyamaka and Yogacara (A. Saito)
* Pure Land Buddhism (J. Ducor)
* Tathagatagarbha (A. Barber)
* Value of Nature in Buddhism (L. Schmithausen)
* Vinaya Studies (C. Prebish)
* What is a Sutra? (R. Sharf)

Retour au sommet