Par support > Oeuvres diverses > Entretiens galants

 

1681

[Anonyme], Entretiens galants

Paris: Ribou, 1681

Tableau parodique des spectatrices

Célinde reçoit ses amis dans sa propriété sarthoise et converse avec eux de thèmes galants tels que la "solitude" ou le "tête à tête" entre amants, le "bon goût". Dans l'entretien consacré à la "Musique", l'un des personnages vient de faire le portrait du fâcheux qui ne peut s'empêcher de chanter des airs d'opéra en société. Bérélie nous offre alors ce réjouissant tableau des spectateurs :

Ne vous êtes-vous jamais donné la comédie à l'opéra ? reprit Bérélie. N'avez-vous jamais remarqué toutes les grimaces qu'on y fait ? Les uns marquent la mesure d'un tour de doigt ; les autres imitent la cadence par de petits mouvements concertés. Les femmes y donnent plus encore, si vous voulez, que les hommes. Elles se donnent de certains airs qui sont assez propres à faire rire. L'opéra n'est pas aussi divertissant que tout ce qu'elles y font voir de ridicule. Elles imitent le jeu de quelque instrument. Un éventail leur tient lieu de flûte. Elles jouent du luth sur une main, du clavecin sur un bras ; et toutes les grimaces qu'elles y font, font un second spectacle, qui vaut, à mon gré, une des meilleures farces de Molière.

Entretien en ligne sur Gallica p. 103 


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »