Par support > Correspondances > Lettre au comte de Lionne

 

1668

Charles de Saint-Evremond, Lettre au comte de Lionne

Nouveautés théâtrales

Dans une lettre au comte de Lionne datée de février-mars 1668, Saint-Evremond s'enquiert des nouveautés théâtrales de Corneille et de Molière, et commente au passage le rapport aux anciens de ces deux auteurs:

Nous n'avons point ici l'Attila de Corneille :vous m'obligerez de me l'envoyer avec quelques pièces de Molière, s'il y en a de nouvelles ;je n'ai de curiosité que pour leurs ouvrages. Les anciens ont appris à Corneille à bien penser, et il pense mieux qu'eux. L'autre s'est formé sur eux à bien dépeindre les gens et les moeurs de son siècle dans la comédie, ce qu'on n'avait pas vu encore sur nos théâtres.

éd. R. Ternois, Paris, Marcel Didier, 1967, t. I, p.133-134


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »