Par support > Correspondances > Lettre à Anne Hevart

 

1668

Charles de Saint-Evremond, Lettre à Anne Hevart

Plaidoyer pour le Tartuffe de Molière

Dans une lettre à A. Hervart datant d'avril 1669, Saint-Evremond prend la défense du Tartuffe en reprenant l'argument de la correction des vices par la représentation théâtrale:

Je viens d'achever de lire Tartuffe: c'est le chef-d'oeuvre de Molière, je ne sais comment on a pu en empêcher si longtemps la représentation :si je me sauve, je lui devrai mon salut. La dévotion est si raisonnable dans la bouche de Cléante qu'elle me fait renoncer à toute ma philosophie, et les faux dévots sont si bien dépeints, que la honte de leur peinture les fera renoncer à l'hypocrisie. Sainte piété, que vous allez apporter de bien au monde !

éd. R. Ternois, Paris, Marcel Didier, 1967, t. I, p.199


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »