Par support > Recueils de pièces diverses > Sonnet fait à la comédie

 

ca. 1657

Françoise Pascal, Sonnet fait à la comédie

Lyon, Matheret, 1657

Une vraie fan

Pièce extrêmement intéressante, ce sonnet imprimé au sein des Diverses poésies de Mademoiselle Pascal la dépeint en complète fascination vis-à-vis des acteurs et actrices et gênée par les bruits de la salle :

Si je vois ces objets si brillants à mes yeux,
J’en admire l’éclat avec un doux silence,
Quand d’autres spectateurs avec violence
Par leur[s] bruits indiscrets troublent ces demi-dieux.

Toutes fois mes regards ne sont rien que pour eux,
Bien que mon sentiment accuse d’insolence
Ces esprits importuns, qui n’ont pas connaissance
De ce qu’ils veulent voir en ces aimables lieux.

Mais enfin, si mes yeux contemplent ces merveilles,
Je sens d’autres plaisirs pendant que mes oreilles
Font suspendre mes sens à leurs divins propos.

Quand je les vois agir avec tant de grâce,
Il semble que je sois immobile à ma place,
Et si je ne les vois, je n’ai point de repos.

Diverses poésies de Mademoiselle Pascal, Paris, Matheret, 1657.

Extrait signalé par Edwige Keller-Rhabé.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »