Par support > Correspondances > Lettre aux comédiens de la Comédie Française

 

1691

Edme Boursault, Lettre aux comédiens de la Comédie Française

Justifications et négociations de Boursault avec la troupe de comédiens

Dans cette lettre (inédite)datée du 19 février 1691, Boursault s'adresse aux comédiens qui viennent de refuser sa comédie pour tenter de les convaincre de revenir sur leur décision :

Monsieur,

La maladie et la mort de ma fille aimée qui fut enterrée hier, m’ont causé tant d’occupation et de douleur, que je n’ai pu vous aller dire que ma pièce que vous avez trouvée longue et méchante est aussi [courte] qu’Ésope, et peut-être meilleure. Vous devriez me rendre un peu plus de justice, et ne me pas faire le premier exemple que l’on ait refusé l’ouvrage d’un auteur après un autre qui a eu un raisonnable succès. S’il y en avait quelqu’un entre les deux qui eût été sifflé que me pourriez-vous faire de pire. N’y eût-il que les seules fables qui y soient j’y avais un succès presque infaillible. À l’égard du sujet que vous trouvez trop petit, il n’en faut dans [ces sortes] d’ouvrages qu’autant qu’on en a besoin pour tomber adroitement aux fables et à la critique, ce qu’il y aurait de plus y paraîtrait étrange. Enfin, M[onsieur], bonne ou méchante ma pièce ne devrait point être refusée, puisqu’il n’y a point d’exemple qu’immédiatement après une qui a réussi on en ait refusé une autre de la même plume. Comme je ne demande point de passe-droit, il n’est juste aussi que j’aie une pire condition que les autres, et que je sois traité avec plus d’indignité. Je vous prie, pendant que vous êtes encore tous assemblés, de me faire la grâce d’y faire encore une fois réflexion et de me faire savoir par celui du [illisible] qui sera quinzainier ce que vous aurez résolu. Je refuse toutes les raisons imaginables de n’avoir aucun sujet de me plaindre de vous, et [illisible] avec encore plus d’empressement de vous donner lieu d’être satisfait de moi, qui vous conjure de souffrir que je sois toujours,

Monsieur,

Votre très-humble et très obéissant serviteur,
Boursault

Extrait signalé par M-A. Croft 
Publication inédite par M-A Croft, Edme Boursault: de la farce à la fable (1660-1701), Thèse de doctorat soutenue à Paris X en cotutelle avec l'Université de Québec à Rimouski, le 01-10-2014.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »