Par support > Correspondances > Lettres nouvelles de Monsieur Boursault

 

[s. d.]

Edme Boursault, Lettres nouvelles de Monsieur Boursault

Paris: M. Brunet, 1700

Fonctionnement moral du rire du spectateur

Dans cette lettre "À Monseigneur de Harlay, [...], touchant une lettre ou Dissertation en faveur de la comédie", Boursault explicite le fonctionnement moral propre au rire de sa comédie Ésope à la Cour :

J’y reprends les défauts en général sans toucher à personne en particulier ; et tel qui n’a jamais été sensible à toutes les remontrances qu’on lui a faites, ravi de rire des sottises d’autrui, appréhende d’en faire, de peur de donner sujet à rire à son tour.

Ce n’est point un conte frivole : À qui veut faire ce qu’il doit Il n’est point de meilleure école Que les sottises que l’on voit. Dans les plus illustres familles Bien souvent aux garçons, quelquefois même aux filles Les conseils des parents semblent hors de saison ; Et par les leçons du théâtre Le fat le plus opiniâtre Est d’abord mis à la raison.

C’est dans cette vue, Monseigneur, que j’ai choisi Ésope pour le traduire par tout où il y a des abus, et pour lui faire dire, sous les apparences des Fables, la vérité à tout le monde, sans que personne puisse raisonnablement s’en offenser

Extrait signalé par M-A. Croft 
Boursault, Lettres nouvelles de Monsieur Boursault , Paris, M. Brunet, 1700, p. 71-72


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »