Par support > Correspondances > Correspondance

 

1652

Christian Huygens, Correspondance

Fêtes, bals et comédie par une troupe française

Le 24 mai 1652, Christian relate à son frère Ludovic la magnificence des fêtes de Clèves organisées par l'électeur de Brandebourg pour le mariage du comte de Nassau, et notamment d'une comédie jouée par une troupe française :

Nous sommes revenus de Clèves le 12 de ce mois, après y avoir fait un séjour de 8 jours seulement, lesquels 8 jours ont pourtant coûté bon à Monsieur l’Électeur qui a fait toute la dépense absolument. Il y avait si grands concours de monde dans la ville qu'on eût grand peine à se mettre la nuit à couvert, et j'ai changé trois fois de logis pour en trouver de moins sales et inquiets. Le mariage se fit le 2 en grande magnificence, avec les cérémonies accoutumées d’Allemagne, par quoi il vous faut remettre en mémoire seulement ce que vous avez vu à Cassel ou un peu davantage. Le 6, je vis le carrousel qui fut bien autre chose pour la magnificence d'habits que celui qui se fit ici aux noces de Monsieur de Brederode. L’un parti était habillé à la romaine, dont le chef était l’Électeur, l'autre à la mauresque, celui du comte de Waldeg. Ainsi ils firent leur marche en bel ordre, et après coururent les têtes, je pense que vous en savez la manière. Le jour ensuivant ils coururent encore la bague sans être déguisés, mais ce que j'ai oublié de dire est le beau spectacle de feu d'artifice qu'on vit le 4e où il y eût fort souvent 300 a 400 fusées jetées en l'air en même instant. Le ballet fut dansé le 8e, mais il n'y eût rien d'extraordinaire là, pour ceux qui en ont vu de semblables ici à la Haye. Outre tout ceci, on y avait presque toutes les après-dinées le divertissement de voir la comédie, que représentait la même bande française que vous avez tant vu jouer ici du vivant de Son Altesse. Et le soir, il y eût bal d'ordinaire, mais il n’y dansait que des princes et comtes (tant il y en avait), si bien que les gentilshommes et demoiselles se devaient contenter d'en être les spectateurs.

Lettre disponible sur dans la Bibliothèque numérique des lettres hollandaises.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »