Par support > Périodiques, gazettes, … > Lettres en vers

 

1671

Charles Robinet, Lettres en vers

Paris, Chenault, 1671

Publication des Pipeurs ou les femmes coquettes

Dans sa lettre du 29 août 1671, Robinet annonce la publication des Pipeurs ou les femmes coquettes de Raymond Poisson :

Les coquettes, si renommées,
Qui furent faites, et formées
D’une merveilleuse façon,
Par ce grand comique, Poisson,
Et qui, dans l’Hôtel de Bourgogne,
Où l’on ne voit plus de gigogne,
Ont fait tant de bruit si longtemps,
Et charmé des milliers de gens,
Voire, aussi, toutes nos coquettes,
En celles-là, si bien portraites,
Ont bien daigné, jusques chez moi,
Me venir voir, en bel arroi,
Et, par une faveur extrême,
De la part de leur auteur même,
C’est-à-dire, par imprimé,
Que lui, qui s’est accoutumé
À me régaler de ses pièces,
Qui sont des sources de liesses,
M’a, soigneusement, envoyé,
Fort bien couvert, et relié.
De bon cœur, je les ai reçues,
Avec plaisir, je les ai lues,
Et je m’en suis, sans vous mentir,
Senti tout autant divertir,
Que sur leur célèbre théâtre,
Où, cinq fois, sans en rien rabattre,
J’ai voulu voir les ornements
Les appâts, et les agréments,
Que leur donnait la belle troupe,
Ayant, par elles, vent en poupe,
Et dont, tant actrices, qu’acteurs,
Y charmaient yeux, oreilles, cœurs.
Si vous voulez, tout à votre aise,
Étant assis dans une chaise,
Ainsi que moi, les voir chez vous,
En voici le secret pour tous, [On les achète]
Et vous le trouverez en marge, [chez Pierre le Monnier,]
Et tout du long, et tout du large. [vis-à-vis l’église de la Sainte Chapelle.]

Transcription de David Chataignier disponible sur le site Molière21.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »