Par support > Oeuvres diverses > Le Poète sans fard ou discours satiriques en vers

 

1701

François Gacon, Le Poète sans fard ou discours satiriques en vers

s.l.

Parnasse des auteurs

Une seconde section de ce recueil de satires s'ouvre sur une "épître au roi" dans laquelle sont distingués les grands auteurs dignes de passer à la postérité et les minores:

Certains fades auteurs en vers ainsi qu’en prose
Ont voulu fièrement prendre en main notre cause.
Mais si l’on en jugeait sur leurs discours rampants
Nous pourrions bien, grand roi, la perdre avec dépens.
Charpentier et Perrault ne sont pas des athlètes
A prêter le collet aux antiques poètes,
Il leur faut opposer des plus nobles rivaux,
Molière, Pellisson, Corneille, Despréaux,
Racine, de Bussy, Regnard et La Fontaine,
Doivent en ce débat paraître sur la scène ;
Et c’est sur tels auteurs que la postérité
Verra si notre temps cède à l’Antiquité.
Mais pour les Perachon, les Regner, les Debrie,
Dieu veuille que pour lors leurs œuvres soient péries
Afin que l’avenir ne nous reproche pas
Tes hauts faits profanés par des esprits si bas.

Épître en ligne sur Google Books p.124 


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »