Par support > Oeuvres diverses > Le Poète sans fard ou discours satiriques en vers

 

1701

François Gacon, Le Poète sans fard ou discours satiriques en vers

s.l.

Qui vole qui ?

La dernière section de ce recueil composite contient une série d' « épigrammes et inscriptions ». Ce double épigramme compare deux pièces rivales en faveur de Regnard :

CXVII.

Sur ce que Rivière auteur du Joueur en prose publiait que Regnard lui avait volé son intrigue et ses pensées.

Un jour Regnard et de Rivière,
En cherchant un sujet que l'on n'eût point traité,
Trouvèrent qu'un joueur ferait un caractère,
Qui plairait par sa nouveauté :
Regnard le fit en vers, et de Rivière en prose :
Ainsi pour dire au vrai la chose,
Chacun vola son compagnon :
Mais quiconque aujourd'hui voit l'un et l'autre ouvrage,
Dit que Regnard a l'avantage
D'avoir été le bon larron.

CXVIII.

Sur les deux joueurs, dont celui de Monsieur Regnard fut bien reçu, et dont celui de Rivière fut à peine joué jusqu'au second acte.

Deux célèbres joueurs, l'un riche, l'autre gueux,
Prétendaient au public donner leur caractère,
Et se flattaient si fort de plaire,
Qu'ils tenaient en suspens les esprits curieux :
Mais dès que sur la scène on vit les comédies
De ces deux écrivains rivaux,
Chacun trouva que les copies
Ressemblaient aux originaux.

Épigramme en ligne p. 291


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »