Par support > Correspondances > Marc’Antonio Giustinian, amb. – Copiario dei suoi disp. al Senato (Archivio proprio Francia n°6)

 

1666

Marco Antonio Giustinian, Marc’Antonio Giustinian, amb. – Copiario dei suoi disp. al Senato (Archivio proprio Francia n°6)

Lettre manuscrite, Archives d’Etat de Venise

Louis XIV danseur espagnol

Le passage fait partie des lettres (dispacci) envoyées plusieurs fois par semaine au Doge de Venise par Marcantonio Giustiniani, ambassadeur vénitien en France. Les dispacci conservés aux archives d'Etat (archivio di Stato) de Venise couvrent la période allant du 4 janvier 1667 au 21 février 1668. Dans une lettre datant du 15 février 1667 (1666 pour le calendrier vénitien), l’ambassadeur raconte sa visite à la reine afin de la complimenter pour son récent accouchement ; le roi l’invite à un bal le soir même, dans lequel il se déguise en espagnol en surprenant les spectateurs.

La sera volse la Maestà sua farci godere il dilettevole e pomposo trattenimento del balletto, nel quale più volte danzò il Rè cangiante forme d’habiti, vestito finalmente alla spagnuola comparve, e si mostrò in quella danza si enclito, e nel battere le castagnuole si franco che il signor ambasciator La Fuentes assicuro’ non aver veduto in Spagna chi avanzi quella maestà nella grazia e nella maestria di ballare. Terminato con universale admirazione et applauso il balletto, volse la maestà sua honorare gli ambasciatori et altri ministri col fermarli alla cena in Palazzo.


Le soir Sa Majesté voulut nous faire profiter de l’agréable et fastueux divertissement du ballet, pendant lequel le Roi dansa à plusieurs reprises, en changeant de type d’habit ; il apparut finalement déguisé à l’espagnol, et il se montra dans cette danse tellement habile, et tellement désinvolte dans l’art de jouer des castagnettes que Monsieur l’Ambassadeur La Fuentes assura qu’il n’avait jamais vu en Espagne personne qui dépasse Sa Majesté quant à la grâce et l'aisance dans la danse. Après la conclusion du ballet dans l’admiration et les applaudissements universels, Sa Majesté voulut honorer les ambassadeurs et les autres ministres en les faisant rester au Palais pour le dîner.

       

Lettre disponible aux Archives d’Etat de Venise, Archivio proprioFrancia n°6, lettre 15 février 1666, f.68 recto-68 verso .


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »