Par support > Romans, nouvelles > Polyandre, histoire comique

 

1648

Charles Sorel, Polyandre, histoire comique

Paris, vve Nicolas de Sercy, 1648

Respectabilité comparée du rôle de l'amoureux et du farceur

Orilan demande une jeune fille en mariage.La mère s’enquiert de son métier:

S’il est l’un des Amoureux de l’Hôtel de Bourgogne, dit Néophile, le métier n’est pas mauvais ; l’on tient que celui qui en fait le premier personnage gagne huit ou neuf mille livres par an. - C’est bien assez, dit Ragonde : mais si ce jeune gars est un joueur de farces, je vous jure que je ne lui donnerai point ma fille en mariage ; il la rendrait bateleuse comme lui.

éd. P. Dandrey et C. Toublet, Klinckisieck, 2010, Livre cinquième, p. 309
Extrait signalé par Jean-Marc Civardi


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »