Par support > Correspondances > Les Entretiens de feu Monsieur de Balzac

 

ca. 1650

Jean-Louis Guez de Balzac, Les Entretiens de feu Monsieur de Balzac

Paris : A. Courbe, 1657

Deux vers du comique grec Cratinos

Guez de Balzac répond à une lettre de son ami Pierre Costar où se trouvent deux vers antiques. Ces deux vers, cités en italique, sont de Cratinos, un poète grec dont les fragments sont regroupés en 1626 par Hugo Grotius dans son édition des fragments des tragiques et comiques grecs (fragment 187). Une grande partie de ce texte est écrite en 1641, date à laquelle H. Grotius est effectivement ambassadeur de Suède.

Si je me plaignais dernièrement, sinon de la mort, au moins de la vieillesse de ma mémoire, ce n’était pas sans beaucoup de raison. Secourez-la donc, s’il vous plaît, Monsieur, et dites-moi certainement si la différence que vous faites entre la consécration des héros et celle des dieux est ou original ou copie, et si le chancelier Bacon n’a pas écrit en quelque lieu quelque chose de semblable. Je saurai aussi de vous si ces sources éternelles de paroles et ces déluges de vers ne sont pas d’un de ces anciens comiques dont les fragments ont été traduits par Monsieur l’ambassadeur de Suède. On me mande de Paris qu’il achève de traduire l’Anthologie.

Extrait de l'entretien V : « Continuation de la même matière. Au même [Pierre Costar» disponible sur Gallica, p. 101-102.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »