Par support > Correspondances > Lettres curieuses de littérature et de morale

 

1702

Jean-Baptiste Morvan de Bellegarde, Lettres curieuses de littérature et de morale

Paris : J. et M. Guignard, 1702

Appréciation de la musique de Lully

Bellegarde livre une réflexion sur le bon goût, ce « guide » qui « nous conduit partout » et en tous les domaines (p. 22).

C’est le goût qui embellit toutes choses ; les productions de l’art et de l’invention ne sont excellentes qu’à proportion que le bon goût y règne. […] C’est ce qui fait que la musique de Lully est si recherchée, et que toute autre musique paraît fade et languissante en comparaison de celle-là.

Extrait de la première lettre, "Sur le bon goût", disponible sur Gallica, p. 20-1.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »