Par support > Correspondances > Lettres curieuses de littérature et de morale

 

1702

Jean-Baptiste Morvan de Bellegarde, Lettres curieuses de littérature et de morale

Paris : J. et M. Guignard, 1702

Que lire et que voir au théâtre ?

Comme à d’autres endroits dans cette lettre, Bellegarde tire un parallèle entre roman et théâtre. Partant d’un critère moral qui correspond à celui de la doctrine classique, il conseille à sa destinataire d'assister à des pièces de Pierre Corneille.

Pour vous, Madame, qui êtes naturellement sérieuse et réservée, qui vous appliquez à tous vos devoirs, qui entrez dans le détail de toutes vos affaires, qui ne vous écartez jamais des règles d’une exacte bienséance, je crois que pour vous amuser et pour vous délasser l’esprit de la gêne que donne une vie toujours appliquée, vous pouvez lire quelquefois des romans sérieux quand ils ne blessent point les bienséances et les bonnes mœurs tels que sont ceux que l’on a attribués à Monsieur de La Rochefoucauld et à Madame de Lafayette et assister de temps en temps aux spectacles, quand les pièces que l’on y représente sont bien épurées et telles que sont la plupart de celles que le célèbre Monsieur de Corneille a données en public.

Extrait de la deuxième lettre, "Sur l'histoire", disponible sur Gallica, p. 114-5.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »