Par support > Correspondances > Lettres curieuses de littérature et de morale

 

1702

Jean-Baptiste Morvan de Bellegarde, Lettres curieuses de littérature et de morale

Paris : J. et M. Guignard, 1702

Émouvoir par les mots, pas par les images

Contrairement à ce qui avait cours dans l’Antiquité, le poète respectant la doctrine classique gagne à rendre les actions terribles par le récit plutôt que par leur monstration directe sur la scène. Voir aussi p. 374-375.

Nous n’aimons pas à voir la scène ensanglantée, et nous sommes en cela beaucoup plus humains que les Anciens, qui faisaient massacrer leurs héros sur le théâtre. […] Il faut que le spectateur apprenne par des récits ces aventures cruelles qui ne lui causent que des sentiments douloureux et qui ne lui donnent que de l’horreur. […] Toutes ces actions pleines d’horreur, qui étaient si fort au goût des Anciens, ne seraient pas maintenant souffertes sur notre théâtre, et il faut les dérober aux yeux du spectateur. […] Il faut que ce parricide [d’Oreste sur Clytemnestre] se commette derrière le théâtre. […] Les filles de Danaos, qui assassinent leurs maris, commettent ces massacres à la faveur des ténèbres, dans leurs chambres, sans que les yeux des assistants soient blessés par tant de massacres. C’est en quoi le poète fait paraître son génie, lorsqu’il produit dans les esprits les mêmes effets par de simples récits que par des spectacles réels. Le récit que Théramène fait de la mort de son maître dans la Phèdre de M. Racine est si pathétique et si touchant que le spectateur est autant attendri par cette narration que s’il voyait de ses yeux Hippolyte traîné par ses chevaux et Aricie pâmée auprès du corps de son amant qui expire, et qui est tellement défiguré qu’à peine le peut-elle reconnaître.

Extrait de la cinquième lettre, "Sur les pièces de théâtre", disponible sur Gallica, p. 344-8.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »