Par support > Correspondances > Lettres curieuses de littérature et de morale

 

1702

Jean-Baptiste Morvan de Bellegarde, Lettres curieuses de littérature et de morale

Paris : J. et M. Guignard, 1702

Comment captiver le spectateur

Afin de susciter sans interruption l’intérêt du public, le poète doit veiller à présenter une suite d’événements liés les uns aux autres. Le texte poursuit en se servant de l'exemple de Phèdre.

Rien n’attache plus l’esprit du spectateur que la liaison des événements, qui doivent être comme enchaînés les uns aux autres ; en sorte que ce qui a précédé produise naturellement ce qui suit. Cet enchaînement d’actions et de passions tient toujours l’esprit en haleine et le fait entrer dans tous les sentiments de l’acteur. Racine a bien ménagé cette liaison d’événements dans sa Phèdre.

Extrait de la cinquième lettre, "Sur les pièces de théâtre", disponible sur Gallica, p. 353-4.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »