Par support > Correspondances > Lettres curieuses de littérature et de morale

 

1702

Jean-Baptiste Morvan de Bellegarde, Lettres curieuses de littérature et de morale

Paris : J. et M. Guignard, 1702

Une pièce de Racine en exemple

Bajazet de Racine est pris en exemple d’une pièce qui utilise à bon escient les « épisodes » dont usent beaucoup de poètes.

Une tragédie, pour être bonne, ne doit contenir qu’une action principale accompagnée de plusieurs incidents qui y ont du rapport […] Je ne condamne pas absolument toutes sortes d’épisodes ; ils sont même quelquefois absolument nécessaires pour conduire au dénouement de l’action principale comme, dans la tragédie de Bajazet, l’amour du vizir Acomat et d’Atalide, confidente de Roxane, sert beaucoup à nouer l’intrigue et fait un grand jeu de théâtre.

Extrait de la cinquième lettre, "Sur les pièces de théâtre", disponible sur Gallica, p. 356-8.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »