Par support > Relations de voyage > Mémoires de ce que nous avons vu et appris de plus remarquable pendant notre voyage commencé le 9e de décembre de l'an 1656

 

1656

Philippe de Villers, Mémoires de ce que nous avons vu et appris de plus remarquable pendant notre voyage commencé le 9e de décembre de l'an 1656

Journal du voyage de deux jeunes hollandais à Paris en 1656-1658, éd. AP Faugère, Paris, Champion, 1899

Comparaison de Boisrobert et Corneille

Deux frères hollandais racontent le voyage d'un an qu'ils firent à Paris en 1656-1657. Le 15 juin 1657, ils assistent à la représentation de Théodore de Boisrobert et comparent la pièce à l'oeuvre de Corneille.

Le 15e, après être revenus de bonne heure de nos exercices, nous passâmes le reste de la matinée à faire nos lettres, afin que nous eussions l’après-dîner libre pour pouvoir assister à cette belle et longtemps promise pièce de Boisrobert, qu’il a intitulée Théodore, reine de Hongrie. C’était la première fois qu’on la représentait, et les acteurs réussirent assez bien. Elle est tout à fait sérieuse et les pensées en sont assez élevées. On voit pourtant bien qu’elle n’est pas composée par Corneille, car cette expression naïve et naturelle, et néanmoins forte et vigoureuse, lui est si particulière qu’il n’a point paru d’auteur qui l’égale.

éd. AP Faugère, Paris, Champion, 1899, p. 201 
Edition en ligne sur Gallica p. 201


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »