Par support > Pièces de théâtre > La Folle Querelle ou la Critique des Andromaques

 

1668

Adrien-Thomas Perdou de Subligny, La Folle Querelle ou la Critique des Andromaques

Paris, T. Jolly, 1668

Dispute amoureuse ou dispute littéraire

Cette petite comédie s'ouvre sur une scène de valets qui apprennent au spectateur le motif de la querelle entre leurs maîtres, deux amants en désaccord au sujet de la tragédie d'Andromaque.

Acte I, scène première: LANGOUMOIS.
Hé quoi ? pour lui avoir soutenu que l’Andromaque est une très belle comédie, elle a eu sujet de se piquer contre lui ? [...]

LISE.
[…] c’est que ton maître, qui est l’homme du monde le plus contredisant, s’avise de faire le bel esprit chez nous depuis qu’il se mêle d’aller à la comédie, et que, quand Madame en dit son avis, il prend le parti contraire à tort et à travers, quoiqu’on sache bien que ce soit la chose dont il puisse le moins parler, et qu’il s’y connaisse moins qu’à de l’hébreu.

Comédie en ligne sur Gallica p. 2


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »