Par support > Recueils de pièces diverses > Satire des abbesses

 

[s. d.]

[Anonyme], Satire des abbesses

Extrait d'une satire trouvée dans un recueil manuscrit ms. 13069 (Arsenal), peut-être de Sanlecque.

Encore l'aimai-je mieux, avec tout son babil,
Que Dorine et son air péniblement civil,
Qui sait en m'abordant, dès la première phrase,
Me faire redouter sa prétentieuse emphase.
Elle dira cent fois qu'en sa triste maison
Avec l'incharité règne l'antiraison.
Elle aime de ces mots la structure effroyable
Et jusqu'à l'intellect au coeur imménageable,
Tout lui plaît, tout la charme, et si quelqu'un en rit
A force [?] Dorine l'étourdit.
Mais laissons à Boursault cette nouvelle Hortense.
Justement devant nous Amarille s'avance.
Courez vite au devant et parlez-lui de vers.
Elle sait du coupeau tous les chemins divers.
Le prodigue Apollon, pour enrichir sa veine,
Dépouilla les neuf soeurs et tarit l'Hippocrène.
Elle eut, du temps d'Auguste, enseigné le métier,
De l'antique Sapho nouvelle imitatrice.
Jusqu'à la Scudéry tout serait la novice.
Ce n'est pas qu'elle n'ait un étrange défaut.
Au-dessus de Pindare, elle élève Perrault ;
Corneille a tout au plus une enflure romaine ;
Le naturel heureux n'est point chez La Fontaine ;
Elle trouve à la mort Sarasin ennuyeux ;
Scarron, pour un burlesque, a trop de sérieux ;
De froid et de langueur elle accuse Molière ;
Rien n'égale à son goût Chapelain et Lignière ;
Le célèbre Racine a moins de majesté ;
Despréaux en un mot n'a ni [?] ni beauté :
C'est un critique hardi, dont la mordante plume
L'empêcha trente fois d'hasarder un volume,
Crainte d'aller encore pour rimer à Pradon
Lui prêter sottement et ses vers et son nom.
[…]
Vous ai-je encore décrit l'abbesse à voix lubrique,
Qui des airs d'opéras réchauffant la musique,
Pour adoucir un peu l'horreur de son défaut
Dans les règles du jour fait [entrer] le concert ?
Celle qui du public méprisant l'exercice,
Dans un large fauteuil répète son office ?
Celle qui sur un lit se faisant dorloter ?
Avec une mignonne ose le [?]
Et qui même souvent, jetant là le bréviaire,
Fait lire à son chevet La Fontaine et Molière ?


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »