Par support > Recueils de pièces diverses > Ouvrages de l'Abbé de Sanlecque

 

[s. d.]

Abbé de Sanlecque, Ouvrages de l'Abbé de Sanlecque

Les mauvais gestes en public

Ce passage est extrait d'un long poème intitulé "Poème sur les mauvais geste de ceux qui parlent en public, surtout les prédicateurs", fait référence à la scène contemporaine et notamment à Molière, Lully et Quinault.

Pour ceux de qui la tête affecte un air penché,
Tartuffe eût fait comme eux, s'il eût jamais prêché.
Mais vous, de qui les mains et la tête branlante,
Forcent chaque syllabe à devenir tremblante,
Vous deviez autrefois avoir été choisis
Pour faire les tremblements à l'opéra d'Isis ?
[…]
Surtout n'imitez pas cet homme ridicule,
Dont le bras nonchalant fait toujours la pendule.
Au travers de vos doigts ne vous faites pas voir
Et ne nous prêchez point comme on cause au parloir.
Chez les nouveaux acteurs c'est un geste à la mode
Que de nager au bout de chaque période.
Chez d'autres [apprentis] l'on passe pour galant
Lorsqu'on écrit en [lais] et qu'on peint en parlant

BNF, Bibliothèque de l'Arsenal, Ms. 13069.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »