Par support > Correspondances > Correspondance théâtrale entre Louis-François Ladvocat et l'Abbé Dubos

 

1696

Louis-François Ladvocat, Correspondance théâtrale entre Louis-François Ladvocat et l'Abbé Dubos

Mercure musical, vol. 2, 15 janvier 1906

Lettre du 14 juin 1696

Publiée au début du XXe siècle, cette correspondance présente un caractère exceptionnel de par les détails particuliers qu'elle donne sur différents spectacles. Voici les éléments saillants de la lettre du 15 janvier 1696.

Je souhaite que M. Rousseau réussisse dans Les Empiriques. Comme il n'en n'est pas l'auteur quant à l'invention, cela ne lui ôterait point celle que son flatteur lui a méritée. Mais si Adonis venait à n'être pas applaudi, comme on l'a beaucoup prôné, je crois qu'un second accès pourrait mettre sa réputation à l'agonie.

Je vous dispense de m'écrire des nouvelles, nous en recevons ici deux fois la semaine, mais j'ai peine à me persuader qu'il n'arrive point de tourmente dans la mer orageuse de l'opéra. Assurément que vous n'avez pas été aussi assidu à Méduse que vous le serez à Armide

Disponible sur Blue Mountain Project.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »