Par support > Correspondances > Lettres de respect, d'obligation et d'amour de Monsieur Boursault

 

1669

Edme Boursault, Lettres de respect, d'obligation et d'amour de Monsieur Boursault

Paris, Guignard, 1669

Invitation galante à une pièce

L'édition de 1669 des Lettres de Boursault est un dispositif complexe visant plusieurs objectifs extrêmement divers. Parmi les lettres publiées on trouve un échange épistolaire avec une certaine Babet, à qui Boursault propose de venir voir une de ses propres pièces :

Vous m’avez tant de fois commandé de vous faire voir une de mes pièces que je n’ai pas voulu laisser échapper l’occasion de demain sans vous donner des marques du zèle que j’ai pour vous. On représente Les Nicandres, que je désavouerais volontiers, n’était que les affiches des comédiens me donneraient un démenti. C’est la plus méchante pièce dont on ait jamais ennuyé le public et je ne sais pas à quoi les comédiens songèrent quand ils se donnèrent la peine de l’étudier. Vous passerez deux heures de temps aussi mal que vous ayez fait de votre vie, si vous prenez la peine de vous faire voiturer jusqu’à l’Hôtel de Bourgogne. Je n’aurais pu me résoudre à vous rendre un si mauvais office, n’était que vous y verrez Michelon, que vous êtes, dites-vous, grosse de connaître. Une demoiselle de ses amies m’a envoyé prier de lui donner un billet pour six personnes et, quoique nous soyons fort mal ensemble, Michelon et moi, je ne doute point qu’elle ne s’y trouve, puisque l’occasion de refaire notre paix s’offre le plus à propos du monde. Si vous désirez, belle Babet, que je vous aille prendre, vous n’avez qu’à commander […]

[Réponse de Babet] J’irai demain à l'Hôtel de Bourgogne, à dessein d’y voir Les Nicandres, qui ne peuvent être méchants, puisque vous les avez faits. [A propos de Michelon] Je voudrais avoir donné quatre pistoles d’une loge où elle pût être afin de l’entretenir et de voir si son esprit répond à la peinture avantageuse que vous m’en avez faite. […]

Lettres de respect, d'obligation et d'amour, Paris, Guignard, 1669, p. 81sq


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »