Par support > Correspondances > Lettres de Malherbe à Pereisc

 

1614

François de Malherbe, Lettres de Malherbe à Pereisc

Succès théâtral de l'épouse de Louis XIII devant la Cour d'Espagne

Dans cette lettre du 4 décembre 1614, Malherbe donne une version dithyrambique d'une apparition scénique de la jeune épouse de Louis XIII, l'infante d'Espagne Anne d'Autriche.

Notre petite reine, en une comédie qui s’est jouée en la cour d’Espagne, a récité un nombre infini de vers, si bien qu’il ne se vit jamais rien de pareil. Les Espagnols disent qu’elle est perdue tout à fait pour eux et qu’aussi elle avait récité comme reine de France, voulant dire que, comme infante d’Espagne, elle eût forfait contre la gravité, de réciter une comédie. Sur ce propos, je vous dirai que Madame et madame Chrétienne, accompagnées de plusieurs autres filles jusqu’au nombre de seize, doivent danser un ballet à Carême prenant. Ce sera quelque chose de beau, mais je ne vous en puis dire le dessein, pour ce qu’il s’en est fait sept ou huit, et n’y a eu rien de résolu.

Correspondance disponible sur Google Books.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »