Par support > Périodiques, gazettes, … > La Muse historique

 

1663

Jean Loret, La Muse historique

Paris, Chénault, [1656-1665].

Le succès de la Sophonisbe

Dans sa lettre du 13 janvier 1663, Loret se fait l’écho du succès de la Sophonisbe de Corneille. L'autorité que représente le nom de Corneille, argument que Loret invoque pour , sera au centre de la querelle de la Sophonisbe entre d’Aubignac et Jean Donneau de Visé.

Quittons cette importante affaire,
Que le temps nous rendra plus claire ;
Et parlons d’un célèbre auteur
Dont je suis grand admirateur.
Cette pièce de conséquence,
Qu’avec extrême impatience
On attendait de jour en jour,
Dans tout Paris et dans la cour,
Pièce qui peut être appelée
Sophonisbe renouvelée,
Maintenant se joue à l’Hôtel, [De Bourgogne.]
Avec applaudissement tel,
Et si grand concours de personnes,
De hautes dames, de mignonnes,
D’esprit beaux en perfection,
Et de gens de condition,
Que, de longtemps, pièce nouvelle
Ne reçut tant d’éloges qu’elle.
Je ne m’embarrasserai point
À déduire, de point en point,
Ses plus importantes matières,
Ni ses plus brillantes lumières :
Pour dignement les concevoir,
Il faut les ouïr et les voir ;
Je veux, pourtant, dans notre histoire,
Prouver son mérite et sa gloire
Par un invincible argument,
Car en disant, tant seulement,
Que cette pièce non pareille
Est l’ouvrage du grand Corneille,
C’est pousser sa louange à bout,
Et qui dit Corneille, dit tout.

Transcription de David Chataignier disponible sur le site Molière21.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »