Par support > Périodiques, gazettes, … > La Muse historique

 

1663

Jean Loret, La Muse historique

Paris, Chénault, [1656-1665].

Représentation de La Critique de l'Ecole des femmes

Dans sa lettre du 7 juillet 1663, Loret rapporte une représentation de La Critique de L'Ecole des femmes de Molière lors d'une fête chez la duchesse de Richelieu.

Jeudi, si ma mémoire est bonne,
(Ce m’a dit certaine personne)
Dans Conflans, noble et charmant lieu,
La Duchesse de Richelieu,
Fort sage et fort habile femme,
Régala la Reine et Madame,
En grande jubilation,
D’une exquise collation,
Qui, pour le fruit et la viande,
Fut, tout à fait, rare et friande.
De plus, après, ou bien devant,
(Car je n’en suis pas trop savant)
La Critique du sieur Molière,
Pièce comique et singulière,
Fut un autre mets précieux
Pour les oreilles et les yeux,
Étant propre pour faire rire
Autant qu’autre qu’on puisse écrire.
On vit là maint brillant objet :
Je m’étends peu sur ce sujet.
Ici, sans doute, j’en oublie
Beaucoup plus que je n’en publie :
Mais comme je n’étais pas là,
Je n’en puis dire que cela,
Et tout ce que j’en viens d’écrire
Ce n’est rien que par ouï-dire ;
Même, j’omettais que Monsieur
(Je l’apprends d’un sage prieur)
Était d’icelle compagnie,
Que Dieu sauve, garde et bénit.

Transcription de David Chataignier disponible sur le site Molière21.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »