Par support > Périodiques, gazettes, … > Lettres en vers

 

1666

La Gravette de Mayolas ; Charles Robinet, Lettres en vers

Paris, Muguet, 1666 et Paris, Chénault, 1666.

Représentation d'Antiochus chez le duc de Créqui

Dans leurs lettres du 16 et du 17 janvier 1666, Robinet et Mayolas font état la représentation d'Antiochus de Thomas Corneille à l'occasion du mariage du marquis de Roure et de Mademoiselle d'Artigny. La salle était celle de l'Hôtel de Créqui.

[Robinet]

La comique et royale troupe,
Qui semble avoir le vent en poupe,
Représenta l’Antiochus,
Poème si beau que rien plus,
La dernière des doctes veilles
Du plus jeune des deux Corneilles,
Qui n’avait point encore paru
Et qui certes a beaucoup plu.


[Mayolas]

À ce coup je puis assurer
Et sans mentir réitérer
Ce que j’avais dit par avance,
Dans l’excès de réjouissance,
De l’hymen heureux et parfait
Qui, samedi dernier, fut fait.
Du Roure, marquis admirable,
Non moins vaillant qu’il est aimable,
A, pour le certain, fiancé
Et pompeusement épousé
D’Artigny, charmante pucelle,
Très vertueuse, noble et belle.
Le Roi, Madame, avec Monsieur,
Et mainte autre dame et Seigneur
A l’illustre noce assistèrent
Et, sans doute, au contact signèrent,
Cette grande solennité
Avec beaucoup de gaieté
Fut fait en leur noble présence
Par le grand prélat de Valence.
Monseigneur le Duc de Créqui,
Parent de ce Marquis, et qui
Fit avec plaisir la dépense
De toute la magnificence,
Et dans son Hôtel, en ce jour
A régalé toute la cour.
Dans une grande et belle salle,
On vit par la troupe royale
Représenter Antiochus,
Poème bonus, optimus,
De l’habile Monsieur Corneille,
Qui fait des rimes à merveille,
Et dont les ouvrages divers
Le prônent partout l’univers.
Un ballet à plusieurs entrées,
Agréablement préparées,
Ne les divertirent pas mal,
Non plus que la beauté du bal.
De là, vous jugerez vous-même
Si l’allégresse était extrême
Et si ce beau couple d’amants
Ont eu de doux contentements.
Sans doute, après cet hyménée,
Qu’avant la fin de cette année
Nous verrons sous leurs étendards
Ou quelque amour ou quelque Mars.

Transcription de David Chataignier disponible sur le site Molière21.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »