Par support > Périodiques, gazettes, … > La Muse dauphine / Lettres en vers

 

1666

Charles Robinet ; Adrien Perdou de Subligny, La Muse dauphine / Lettres en vers

Paris, Muguet, 1666 et Paris, Lesselin, 1666.

Création du Misanthrope

Les 12 et 17 juin, Robinet et Subligny font tous deux un compte-rendu de la création Misanthrope.

[Robinet

Le Misanthrope enfin se joue ;
Je le vis dimanche, et j’avoue
Que de Molière, son auteur,
N’a rien fait de cette hauteur.
Les expressions en sont belles,
Et vigoureuses et nouvelles,
Le plaisant et le sérieux
Y sont assaisonnés des mieux,
Et ce misanthrope est si sage
En frondant les mœurs de notre âge
Que l’on dirait, benoît lecteur,
Qu’on entend un prédicateur.
Aucune morale chrétienne
N’est plus louable que la sienne,
Et l’on connaît évidemment
Que dans son noble emportement
Le vice est l’objet de sa haine
Et nullement la race humaine,
Comme elle était à ce Timon
Dont l’histoire a gardé le nom
Comme d’un monstre de nature.
Chacun voit donc là sa peinture,
Mais de qui tous les traits censeurs,
Le rendant confus de ses mœurs,
Le piquent de la belle envie
De mener toute une autre vie.
Au reste, chacun des acteurs
Charme et ravit les spectateurs,
Et l’on y peut voir les trois Grâces
Menant les Amours sur leurs traces,
Sous le visage et les attraits
De trois objets jeunes et frais :
Molière, du Parc et de Brie ;
Allez voir si c’est menterie.


[Subligny]

Pour changer un peu de discours,
Une chose de fort grand cours
Et de beauté très singulière
Est une pièce de Molière.
Toute la cour en dit du bien :
Après son Misanthrope il ne faut plus voir rien,
C’est un chef-d’œuvre inimitable.
Mais moi, bien loin de l’estimer,
Je soutiens, pour le mieux blâmer,
Qu’il est fait en dépit du diable.
Ce n’est pas que les vers n’en soient ingénieux :
Ils sont les plus charmants du monde,
Leur tour, leur force est sans seconde,
Et ce serait fin qui ferait mieux ;
Mais je prouve ainsi ma censure :
Il peint si bien tous les péchés
Que le diable fait faire à toute la nature
Que ceux qui s’en croiront tachés
Les haïront sur sa peinture,
Et qu’ainsi les diables, à cru,
N’y gagneront plus un fétu.
Il daube encor si fort le marquis ridicule
Que de l’être on fera scrupule,
Et ce n’est pas un petit tort
Que cela ferait à nos princes,
Qui de ces marquis de provinces
Parfois se divertissent fort.
Cela me fait dire en colère
Ce qu’autrefois j’ai déjà dit :
Qu’on devrait défendre à Molière
D’avoir désormais tant d’esprit.

Transcription de David Chataignier disponible sur le site Molière21.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »