Par support > Périodiques, gazettes, … > Lettres en vers

 

1669

Charles Robinet, Lettres en vers

Paris, Chénault, 1669.

Représentation des Métamorphoses d'Arlequin aux Italiens

Dans sa lettre du 23 mars 1669, Robinet mentionne la nouvelle production des Italiens, Les Métamorphoses d'Arlequin

Ceux qui haïssent le chagrin,
Sans en pouvoir souffrir un brin,
Ceux qui désirent que la joie
Pénètre leur rate et leur foie,
Ceux qui veulent rire sans fin
Aillent voir de Maître Arlequin,
Les gaillardes métamorphoses. [c’est une comédie qui s’appelle ainsi]
On y voit cent gentilles choses
Qui (lecteur, je ne hâble point)
Les contenteront sur ce point.
Cintio, le fils d'Aurélie,
Charmante actrice d’Italie,
En est l’auteur spirituel,
Et j’y trouve beaucoup de sel.

Transcription de David Chataignier disponible sur le site Molière21.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »