Par support > Oeuvres diverses > Les Amours de Psyché et de Cupidon

 

1669

Jean de La Fontaine, Les Amours de Psyché et de Cupidon

Paris, Barbin, 1669

La comédie comme divertissement

Les soeurs de Psyché, personnage principal de ce conte, viennent lui rendre visite. Pour les divertir, Psyché fait donner la comédie par les nymphes du royaume.

Cependant les Nymphes n'étaient pas inutiles. Elles préparaient les autres plaisirs, chacune selon son office ; celles-là les collations, celles-ci la symphonie, d'autres les divertissements de théâtre. Psyché trouva bon que ces dernières missent son aventure en comédie. On y joua les plus considérables de ses amants, à l'exception du mari, qui ne parut point sur la scène. Les Nymphes étaient trop bien averties pour le donner à connaître. Mais comme il fallait une conclusion à la pièce, et que cette conclusion ne pouvait être autre qu'un mariage, on fit épouser la Belle par ambassadeurs ; et ces ambassadeurs furent les Jeux et les Ris : mais on ne nomma point le mari.

En ligne sur Molière 21 


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »