Par support > Périodiques, gazettes, … > La Muse historique

 

1654

Jean Loret, La Muse historique

Paris, Chénault, [1656-1665].

Performance comique

Dans sa lettre du 14 février 1654, Loret consacre un nombre important de vers à l'acteur Jean Doucet qui brille dans une performance comique en solo.

Mais à propos de comédie,
Il faut qu’en cet endroit je die
Qu’un des jours passés Jean Doucet,
Franc nigaud, comme chacun sait,
Pensa faire pâmer de rire
Le reine et le roi notre Sire,
Et même tous les courtisans
Par les mots niais mais plaisants
Que proféra sa propre bouche,
Etant valet de Scaramouche
Sur le théâtre italien,
Où ce simple et naïf chrétien,
Sans avoir masque ou faux visage,
Joua fort bien son personnage.
Jamais Mezzetin ni Scapin,
Ni Trivelin, ni Turlupin,
Ni Colombine, ni Briguelle,
Ni le rare Polichinelle,
Ni Gorju, le pédant gaillard,
Ni Jodelet le nasillard,
Ni Garguille, ni Gros-Guillaume,
Les plus grands bouffons du royaume,
Ne divertirent mieux la cour
Qu’elle le fut en ce dit jour.
Au ris peu souvent je m’applique,
Et suis d’humeur assez stoïque,
Mais comme illec j’étais présent
Je trouvai Doucet si plaisant
Que, quand je me le remémore,
A tous moments je ris encore.

Edition de 1857 disponible sur Gallica.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »