Par support > Correspondances > Lettre à Madame de Grignan

 

1676

Madame de Sévigné, Lettre à Madame de Grignan

Défiance envers les médecins

Dans une lettre du 25 septembre 1676, Madame de Sévigné évoque Molière pour exprimer sa défiance envers les médecins, incapables de sauver Beaujeu,la demoiselle de Madame de Coulanges.

Il n’y a qu’à voir ces Messieurs pour ne vouloir jamais les mettre en possession de son corps : c’est de l’arrière main qu’ils ont tué Beaujeu. J’ai pensé vingt fois à Molière depuis que je vois tout ceci. Cependant j’espère que cette pauvre femme en échappera, malgré leurs mauvais traitements : elle est assez tranquille, et dans un repos qui lui donnera la force de soutenir le redoublement de cette nuit.

Sévigné, Correspondance , éd. R. Duchêne, Paris, Gallimard, "Bibliothèque de la Pléiade", 1986, vol. II, p. 406


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »