Par support > Recueils de pièces diverses > Manuscrit 673

 

ca. 1679

Gédéon Tallemant des Réaux, Manuscrit 673

éd. de Vincenette Magne, Paris, Klincksieck, 1994

Sonnet pamphlétaire sur la Troade de Pradon

Parmi les pièces que nous conserve le manuscrit 673 de Tallemant de Réaux, on trouve ce sonnet sur la Troade de Pradon.

D'un voile noir Hécube embeguinée
Pleure, grimace et lamente toujours.
Dames de deuil viennent à son secours.
Oncques ne fut plus piteuse journée.

Ulysse vient, fait nargue à l'hyménée,
Le coeur féru de nouvelles amours.
Pyrrhus et lui tiennent vaillants discours,
Mais aux discours leur vaillance est bornée.

Après cela rien que confusion.
Il n'en fut tant dans la grande Ilion,
Lors de la guerre aux Troyens si fatale.

En vain Baron attend le brouhaha.
Point n'oserait-on faire la cabale :
Un chacun baille, ou s'endort, ou s'en va.

Tallemant des Réaux, Manuscrit 673, éd. de Vincenette Magne, Paris, Klincksieck, 1994, p. 573.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »