Par support > Périodiques, gazettes, … > Lettres en vers

 

1671

Charles Robinet, Lettres en vers

Paris, Chenault, 1671

Impression de La Comtesse d'Orgueil

Dans sa lette du 11 avril 1671, Robinet annonce l'impression de la Comtesse d'Orgueil de Thomas Corneille :

Ces jours passés j’eus l’entretien
Dont je fus ravi, mais très bien,
D’une Madame la Comtesse
Qui parle avec délicatesse,
Et de l’esprit plein d’enjouement,
Qui divertit infiniment,
Si qu’avec elle ou que je meure
J’eus grand plaisir une bonne heure.
Sans les jours de dévotion,
J’aurais déjà fait mention
De ma dite bonne fortune
Qui peut vous être, aussi, commune.
Elle est, pourtant, ami lecteur,
Personne de bien et d’honneur,
Et je puis dire en conscience
Honni celui qui mal y pense.
C’est un ouvrage théâtral
Fort galant et fort jovial,
Et digne des brillantes veilles
Du cadet des fameux Corneilles.
Savoir, La Comtesse d’Orgueil,
Qui vaut bien qu’on lui fasse accueil,
Et dont, par faveur spéciale,
L’auteur m’a fait un chef régale. [Chez le Sr de Luynes, au Palais, dans la salle des Merciers, à la justice]
Là-dessus, sans plus long long propos,
Je m’en vais reprendre Campos.

Charles Robinet, Lettres en vers à Monsieur, Paris, Chenault, 1671. [Mazarine, 296-A5-RES]


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »