Par support > Périodiques, gazettes, … > Lettres en vers

 

1671

Charles Robinet, Lettres en vers

Paris, Chenault, 1671

Énième compte-rendu de Psyché

Dans sa lettre du 14 novembre 1671 particulièrement consacrée au théâtre, Robinet fait à nouveau tout un compte-rendu de la pièce du Palais-Royal :

Dimanche, encore, je la vis
Et tous mes sens furent ravis
A ce plus rare des spectacles,
Et lequel rempli de miracles
Surpasse tous les opéras
Qu’on voit et je crois qu’on verra.
Ah ! que Vénus dans sa machine, [Mlle de Brie]
Me parut, encore, divine
Et que je fus charmé des airs,
Et des admirables concerts,
Par qui, sur la terre, on l’appelle
Ayant la grâce avec elle !

Que ces petites grâces-là, [Les petites Thorillière et de Beauval]
Encore, aussi, me plurent-là
Par leurs discours et par leurs gestes,
Qui paraissent vraiment célestes !

Que les Amours pareillement, [Le petit la Thorillière et Barbier]
Qui sont de l’accompagnement,
Encore aimables me semblèrent,
Et tout de même me charmèrent !

Qu’encore de Psyché les deux soeurs [Mlle de Beauval et de la Grange]
Faisant si bien les rôles leurs
Me délectèrent et ravirent
Ainsi que tous ceux qui les virent !

Que les deux princes, ses amants [les sieurs Hubert et de la Grange]
Par leurs honnêtes compliments
Soit qu’ils soient morts ou bien en vie
Me rendaient l’âme, encore, ravie !

Que le père, aussi, de Psyché [Le sieur de La Thorillière]
Qu’on voit pour elle si touché
M’attendrit avec ses larmes
Et qu’il leur sait donner de charmes !

Qu’encore je fus satisfait
De l’Amour, si beau, si parfait,
Alors que pour le dire, en somme,
Il devient là grand comme un homme ! [Le Sr Baron]

Que son Zéphyr des plus galants,
Des plus jeunes, des plus brillants,
Qui soient sous l’Empire de Flore,
Me donna de plaisir encore ! [Mlle du Croisy la jeune]

Que de même, encore, Psyché,
Par qui maint coeur est ébréché
Me sembla bien digne d’hommages
Dans ses trois divers personnages !

Qu’encore, encore, aussi, Vénus
Me plut voir tant que rien plus
Soit qu’éclata la jalousie,
Soit qu’elle parut radoucie !

Qu’encore le tonnant Jupin
Qui les holas vient mettre, enfin,
Qui notre Psyché déifie,
Et bref, à l’Amour la marie,
Me sembla fermer dignement
Ledit spectacle si charmant.

Qu’encore j’admirai les machines,
Où ces personnes célestines
Savoir, Vénus, Psyché, l’Amour,
Vont en l’olympien séjour  !

Qu’encore les Airs et la musique,
Que de bien goûter je me pique
Qu’encore la jeunette Turpin
Qui chante d’un air si poupin,
Qu’encore le sauteur admirable,
Qu’on croit favorisé du diable,
Pour faire les sauts surprenants
Dont il étonne tous les gens
Qu’encore les diverses entrées,
Qui sont là, si bien insérées,
Où l’incomparable Beauchamp,
A le louer donne un beau champ !
Qu’encore, enfin, toutes les choses
Dedans cette merveille, encloses,
Savoir les décorations
Et diverses mutations,
De la claire et pompeuse scène
Me rendirent, chose certaine,
Extasié, charmé, content !
Ah ! Jamais je ne le fus tant.

Charles Robinet, Lettres en vers à Monsieur, Paris, Chenault, 1671. [Mazarine, 296-A5-RES]


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »