Par support > Périodiques, gazettes, … > Lettres en vers

 

1673

Charles Robinet, Lettres en vers

Paris, Chenault, 1673

Couverture de Mithridate

Robinet couvre la nouvelle pièce de Racine, Mithridate, dans ses lettres du 18 et du 25 février 1673 :

18 février 1673
La Cour, à Saint-Germain-en-Laye,
Continuant d’être fort gaie,
Se divertit en ces jours gras
Entre autres gracieux ébats
A celui de la comédie,
Et voit, dit-on, la tragédie,
Du roi Mithridate ayant nom,
Qui se nourrissait de poison
Dans lequel poétique régal
L’admirable Troupe Royale,
Fit merveilles ; et je le crois,
Joua-t-elle autrement jamais ?
Lorsque j’aurai vu ce poème
Car il n’est que de voir soi-même
Les choses pour en bien parler,
Je ne faudrai d’en étaler
Tout ce qu’alors j’en devrai mettre
En ma future épître en mètres.

25 février 1673
Quoique chagrin, outre mesure
De cette bizarre aventure
Et d’ailleurs accablé d’emplois
A n’avoir pas une heure à moi,
J’allai mardi voir Mithridate
Non pour m’épanouir la rate
Mais bien pour me retrancher mieux
Dedans mon sombre sérieux
Car ce sujet n’est point comique
Mais héroïque, mais tragique.

L’Amour de ce roi malheureux
Et de ses fils, lesquels sont deux
Envers la princesse sa femme
Que, sans satisfaire à sa flamme
Après l’union de leur main,
Il se vit contraint, tout soudain
D’abandonner par une guerre,
Qu’il avait sur mer et sur terre,
Avec les maîtres des humains,
Savoir les anciens romains.
Ce triple Amour, lecteur, vous dis-je
Pour qu’en raccourci je rédige
De cette pièce l’argument,
Y produit jusqu’au dénouement
Un grand nombre de belles choses
Qu’on ne peut, sans de longues gloses
Déduire comme il le faudrait.
Mais, en un mot, l'auteur adroit,
Que l’on nomme Monsieur Racine,
Lequel à l’Hôtel prend racine
A ce sujet fort bien traité,
Et l’on y peut, en vérité,
Quantité de grands vers entendre
Et quantité d’un style tendre.

Quant au surplus, tous les acteurs,
Y charment tous les spectateurs.
Je le dis sans que je me trompe,
Tant par leurs habits pleins de pompe
Que par leur jeu si naturel
Qui charme mortelle et mortel
Et fait avoir le vent en poupe
A cette ravissante troupe.

La Fleur [le père] y désignant le Roi,
Semble être grec en cet emploi
Et, dans ses passions diverses
Que causent des destins averses
Change si bien et geste et voix,
Qu’on ne peut mieux jouer, je crois.

La Champmeslé faisant la reine,
Occupe incessamment la scène
Et rempli ce rôle si bien
Qu’on n’y saurait ajouter rien,
Étant une vraie enchanterice [sic]
Quelque part qu’elle soit actrice.

Son heureux époux et Brécourt,
Faisant les deux fils pleins d’amour,
Font aussi, sans plus long langage
Des mieux, chacun, leur personnage.

Charles Robinet, Lettres en vers à Monsieur, Paris, Chenault, 1673. [Mazarine, 296-A6-RES]


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »