Par support > Périodiques, gazettes, … > Lettres en vers

 

1673

Charles Robinet, Lettres en vers

Paris, Chenault, 1673

Représentation privée de Mithridate

Robinet mentionne, dans sa lettre du 9 août 1673, une représentation de Mithridate par les comédiens de l'Hôtel de Bourgogne parmi les festivités données par M. de Boisfranc pour Madame et Monsieur,

Ce charmant repas fut suivi
Pour ébat, dont on fut ravis,
Du Mithridate de Racine
Joué d’une façon divine
Au dire de tel et tel
Par les comédiens de l’Hôtel.
Et la Fleur dans le maître rôle
Se surpassa, sur ma parole,
Comme fit et me l’a semblé
Mademoiselle de Champmeslé.

Après icelle tragédie,
Parut aussi la comédie
Ayant nom Crispin médecin
Où Poisson, allant son gai train,
Pensa faire crever de rire,
Si que la pièce, c’est tout dire,
Parut trop courte aux auditeurs
Qui s’en plaignirent aux acteurs
Par une espère de reproche
Qui ne fâcha pas Hauteroche
Auteur de cette pièce-là
Qui, seulement, trois actes a.

Mais venons à la fin finale
De ce délicieux régal.
Disons donc que le bal suivit
Où mille merveilles on vit
De pas fins, de justes cadences,
Dans toutes les sortes de danses.
Et que Monsieur certainement
Et Madame pareillement
Dansèrent de manière telle
Qu’ils n’eurent point de parallèle.
La collation survint là,
Et la fête finit par là.

Charles Robinet, Lettres en vers à Monsieur, Paris, Chenault, 1671. [Mazarine, 296-A5-RES]


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »