Par support > Périodiques, gazettes, … > Lettres en vers

 

1671

Charles Robinet, Lettres en vers

Paris, Chenault, 1671

Reprise des Amours du soleil

Le Marais reprend la grande pièce à machines de Donneau de Visé, Les Amours du soleil. Robinet couvre l'événement dans deux lettres, le 24 octobre et le 7 novembre 1671 :

24 octobre 1671

La belle troupe du Marais,  

Sur nouveaux coûts, sur nouveaux frais,
Qui montent à très grosse somme,
Redonne, pour le dire en somme
Ses brillants Amours du soleil,
Avec un nouvel appareil,
Tel, sans ajouter à la dose,
Que c’est, encore, tout autre chose,
Que vous n’avez vu ci-devant.

Je ne vous mets rien en avant  

Sans en avoir bonne assurance
Outre que la magnificence
Coûtumière dans ce lieu là
Persuade aisément cela :
Mais si vous ne voulez m’en croire,
Allez-y voir, oui, c’est mieux faire.


7 novembre 1671 J’ai vu de mes propres prunelles,
Les augmentations nouvelles
Faites aux Amours de Phébus [ou du Soleil]
Et je puis dire, sans abus,
Que c’est, enfin, l’un des spectacles,
Les plus plein de petits miracles.
Les actrices et les acteurs
Y ravissent les spectateurs,
Par les yeux et par les oreilles,
Et Vénus, qui fait là merveilles,
Pour se venger dudit Phébus,
Y plaît, toujours, tant que rien plus,
En la charmante Désurlie,
Que jamais, aussi, je n’oublie.
Ceux qui voudront être lecteurs,
Aussi bien que les auditeurs,
De ce poème dramatique,
Le trouveront dans la boutique
Du leste libraire Barbin

Charles Robinet, Lettres en vers à Monsieur, Paris, Chenault, 1671. [Mazarine, 296-A5-RES]


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »