Par support > Correspondances > Correspondance

 

1673

Pierre Bayle, Correspondance

Les derniers succès de Molière

Dans une lettre du 31 juillet 1673, Pierre Bayle raconte à son frère Jacob la mort de Molière, survenue l'hiver précédent, et revient sur quelques uns de ses derniers succès.

Je crois vous avoir déjà parlé dans mes précédentes [lettres] de la mort du fameux Molière. Il n’est pas croyable combien de vers se sont faits sur sa mort, car en effet le sujet était fort susceptible des pensées poétiques, de voir un fameux comédien qui meurt sur le théâtre en représentant une pièce intitulée Le Malade imaginaire, ou co[mm]e d’autres disent, Le Mort imaginaire. À peine verra-t-on jamais un si grand génie pour le comique. Il avait donné l’hiver de l’année passé Les Femmes savantes, pièce aussi achevée qu’on en vit jamais, où on croit avec beaucoup d’apparence qu’il a tourné en ridicule l’abbé Cotin, ce qui même a fait quelq[ue] bruit. On vit aussi ce même hiver pour le grand ballet du Roi une tragédie ballet, intitulée Psyché, dont la conduite et la disposition est toute due à Molière, quoique dans la versifica[ti]on il ait été fort aidé par M. Corneille le jeune, et par M. Quinault. Au reste, cette aventure de Psyché qui a servi de sujet à ce magnifique ballet du Roi qui en porte le nom est un épisode de L’Âne d’or d’Apulée.

Lettre 37, Pierre Bayle à Jacob Bayle

Correspondance disponible sur le site de l'Université de Saint-Etienne


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »