Par support > Correspondances > Lettres sous la cour de Louis XIV

 

1671

Marquis de Saint-Maurice, Lettres sous la cour de Louis XIV

Divertissements de Fontainebleau

Evocation des divertissements de Fontainebleau par le marquis de Saint-Maurice, à l'intention de son altesse royale de Savoie, dans cette lettre du 21 août 1671.

Jamais on ne s’est diverti à la Cour comme l’on fait maintenant à Fontainebleau. Le Roi est souvent avec les dames et au promenoir en différents endroits de la forêt, où ils voient la chasse et la suivent en calèche ; les cadeaux ne manquent pas en tous les endroits, les concerts de voix, d’instruments et la grande bande de violons ; le jour que j’étais là, comme je me promenais sur le soir le long du canal, le Roi y vint dans une calèche riche et découverte au milie udes deux dames qui étaient en des déshabillés de dorure autant charmants que de prix, très bien coiffées, sans aucune coiffes ; derrière elles, deux autres dames. Ce char de triomphe, ou pour mieux dire, de l’amour, était tiré par six chevaux blancs, somptueusement harnachés, et il était entouré par les côtés et le derrière de quatre cents seigneurs de la plus haute qualité du royaume, tous à cheval et la chapeau à la main. Tout cet équipage ou cette pompe vint à nous par le côté gauche du canal qui est long de mille six cents pas, large de cinquante ; les allées qui sont aux côtés sont larges de vingt-cinq et bordées de grands arbres, puis de grands espaliers de charmes ; la grande cascade qui est à la tête du canal faisait un agréable tintamarre de mille jets et chutes d’eau. Jamais M. le marquis Dogliani et moi n’avons été surpris si agréablement, ni tous les faiseurs de romans n’ont rien inventé de si charmant ni de si surprenant jusqu’à présent.

Correspondance disponible sur Gallica.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »