Par support > Correspondances > Lettre à Madame de Grignan

 

1671

Madame de Sévigné, Lettre à Madame de Grignan

Dire la vie à travers la fiction théâtrale

Cette lettre du 31 mai 1671 de Madame de Sévigné à sa fille montre comment l'épistolière convoque des références théâtrales communes - ici, sans doute la scène entre Célimène et Arsinoé du Misanthrope de Molière ? - pour évoquer ses propres relations. La biographie s'écrit au moyen du filtre de la fiction théâtrale.

Melle du Plessis est tout justement comme vous l'avez laissée ;elle a une nouvelle amie à Vitré, dont elle se pare, parce que c'est un bel esprit qui a lu tous les romans, et qui a reçu deux lettres de la princesse de Tarente. J'ai fait dire méchamment par Vaillant que j'étais jalouse de cette nouvelle amitié, que je n'en témoignerais rien, mais que mon coeur était saisi : tout ce qu'elle a dit là-dessus est digne de Molière. C'est une plaisante chose de voir avec quel soin elle me ménage, et comme elle détourne adroitement la conversation pour ne point parler de ma rivale devant moi :je fais aussi fort bien mon personnage.

Sévigné, Correspondance , éd. R. Duchêne, Paris, Gallimard, "Bibliothèque de la Pléiade", 1985, vol. I, p. 262


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »