Par support > Correspondances > Lettre à Madame de Grignan

 

1672

Madame de Sévigné, Lettre à Madame de Grignan

Quand la comédienne l'emporte sur la comédie: éloge de la Champmeslé

Madame de Sévigné fait ici un éloge du jeu d'actrice de la Champmeslé, capable de sublimer une pièce, même médiocre, Ariane :

Mme de Coulanges et M. de Barillon jouèrent hier la scène de Vardes et de Mlle de Toiras ;nous avions tous envie de pleurer ;ils se surpassèrent eux-mêmes. Mais la Champmeslé est quelque chose de si extraordinaire, qu'en votre vie vous n'avez rien vu de pareil ;c'est la comédienne que l'on cherche et non pas la comédie ;j'ai vu Ariane pour elle seule :cette comédie est fade, les comédiens sont maudits ;mais quand la Champmêlé arrive, on entend un murmure ;tout le monde est ravi ;et l'on pleure de son désespoir.

Sévigné, Correspondance , éd. R. Duchêne, Paris, Gallimard, "Bibliothèque de la Pléiade", 1985, vol. I, p. 468


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »