Par support > Correspondances > Lettre à Madame de Grignan

 

1680

Madame de Sévigné, Lettre à Madame de Grignan

L'oubli contre l'ennui

Dans cette lettre à sa fille datée du 29 septembre 1680, Madame de Sévigné évoque le plaisir de la lecture des ouvrages anciens déjà oubliés:

Votre pauvre frère est tout chagrin. Il a raison, en vérité; je n'ai jamais vu un garçon si malheureux. Je tâche de le consoler. Nous lisons beaucoup, et je sens le plaisir de n'avoir point de mémoire, car les comédies de Corneille, les ouvrages de Despréaux, celles de Sarasin, celles de Voiture, tout repasse devant moi sans m'ennuyer, au contraire.

Sévigné, Correspondance , éd. R. Duchêne, Paris, Gallimard, "Bibliothèque de la Pléiade", 1985, vol. III, p. 27


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »